ASP@sia

L'annuaire du Spectacle
2013-2014

Hot House

  •  
  •  
  • (Co)production Théâtre Varia
    Aide Avec le soutien de la Commission Communautaire française (COCOF), dans le cadre du fonds d'acteurs.
  • 2h10'
  • Théâtre
  • Où sommes-nous ? Dans une maison de repos ? Un asile ? Un hôpital ? Une prison ? Un camp More
    ? En tout cas dans un lieu d'enfermement qui ressemble à tout cela à la fois avec sa hiérarchie implacable, ses règles angoissantes, et ses « résidents » désignés anonymement par des numéros. C'est jour de Noël et voilà que le directeur de l'établissement, Monsieur Roote, un homme pointilleux et scrupuleux au-delà du raisonnable, se retrouve avec un mort – un meurtre ? - et une naissance – un viol ? - sur les bras. L'affaire a eu lieu chez les résidents, malgré le système de surveillance! Comment cela est-il possible ? Le directeur exige de Gibbs, son ambitieux subordonné, une enquête et il veut connaître tous les détails, toujours plus de détails, tant de détails qu'à la fin tout va à l'eau et se dérègle au plus haut point. Avec ce texte qui date de 1958, Harold Pinter (1930-2008), prix Nobel de littérature en 2005, considéré comme la figure la plus illustre du théâtre anglais de la seconde moitié du XXe siècle, nous livre de façon sournoise et dans son style inimitable, une extraordinaire métaphore sur le danger de la déshumanisation, l'aveuglement d'un système, la veulerie de la soumission et l'hypocrisie de l'adulation, en un mot sur les dérives du pouvoir et les rapports de force. Le théâtre de Harold Pinter commence souvent de façon anodine pour devenir rapidement menaçant et absurde. Les dialogues basculent de manière inattendue ; les masques des convenances sociales tombent, les êtres, livrés à eux-mêmes ou aux autres, révèlent une faille ou une étrangeté qui devient un jeu de stratégie et de domination physique, psychologique et sexuelle. Le « dialogue pintérien » est devenu une expression qui désigne tout échange de propos apparemment vides de sens, mais où couvent tantôt de sourdes tensions, sinon de véritables luttes à mort, tantôt des désirs larvés. Le vrai, le faux, la coupure radicale entre l'être et le dire, se télescopent sans pouvoir être démêlés.
  • Représentation(s)

    15 représentations 21 janvier au 08 février 2014
    Théâtre Varia, Bruxelles - Belgique
    organisées en collaboration avec : Grand Varia

auteurHarold Pinter
texte françaisEric Kahane (Eiteur et agent théâtral, l’Arche Editeur.)
mise en scèneMarcel Delval
assistance mise en scèneThibaut Wenger
  
interprétationPatrick Brüll,
Olivia carrere,
Pascal Racan,
Nicole Valberg,
Dominique Rongvaux,
Vincent Van Laethem
  
scénographieDidier Payen
costumesOdile Dubucq
assistance réalisation costumesIsabelle Airaud,
Camille Flahaut,
Shandra Vellut
maquillagesPatricia Timmermans
création lumièreMarcel Derwael,
Alain Prevot
création sonEric Ronsse
régie plateauDidier Rodot
régie lumièreEric Vanden Dunghen
régie sonEric Ronsse

Lien(s)

- Référence(s) bibliographique(s) du texte de la pièce (catalogue AML) - si disponible(s)
- Référence(s) des photos et/ou captation(s) (catalogue AML) - si disponible(s)

Voir aussi documents papiers aux AML (presse, programme, affiches, etc.) pour les compagnies suivantes :

- Théâtre Varia

 

 

Map

© Copyright 2011 - Archives & Musée de la Littérature | All rights reserved