Si cette page ne s'affiche pas correctement, appuyer sur F5 (Refresh).

1 fiche trouvée pour [Correspondance à Pierre Goemaere et Suzanne Pelgrims : 1933]

[Correspondance à Pierre Goemaere et Suzanne Pelgrims : 1933]
Marie ROSNY, J.-H. ROSNY AÎNÉ, Robert ROSNY
correspondance
MLT 04124
9 lettres + 4 env. ; 27 cm
Français (version originale)
Lettres aut. s.
Dans cette correspondance, Rosny paraît encore plus pessimiste sur la vie, sur sa santé, sur son travail. Une lettre est une sorte d’hymne à la grippe. On lit dans une autre : "La pauvre Taty a des dépressions physiques et morales. Elle souffre pour elle et pour les autres. J’ai vu votre révolte des Commerçants et lu quelques nouvelles assez sombre sur la Belgique." (5/11/1933) et "Ce serait le bonheur si le bonheur était promis et l’époque si inquiétante…". Après une allusion à des événements funestes de l’actualité, Rosny écrit : "Les psychiatres ont tort de chercher tant de tares chez les criminels : le crime est naturel à l’homme. Il y a trop peu de temps que nous sommes sortis de la barbarie et même de la forêt" (28/12). On apprend que Roby travaille dans le journalisme, à la revue Hebdo, que P. G. s’occupe encore de sa revue : "Beaucoup de succès pour la Revue", lui écrit Marie R. On évoque aussi un voyage des Rosny à Bxl et au Zoute. Les lettres respirent aussi une forte et sincère amitié mutuelle.