Congo-Meuse (9 trouvées)

Acheter

Congo-Meuse n° 12 : Traces de la vie coloniale au Congo belge et au Ruanda-Urundi

Ce douzième numéro de Congo-Meuse choisit de mettre en lumière des documents, souvent inédits, qui éclairent vie quotidienne et mentalités. Ces textes ouvrent une fenêtre singulière sur la vie coloniale, des lendemains de la Première Guerre mondiale aux moments des Indépendances. Ils permettent de revisiter quelques facettes de l'Histoire à partir de témoignages d'acteurs de terrain et de voyageurs.
Acheter

Congo-Meuse n°10-11 : Les Années Lovanium : La première université francophone d'Afrique subsaharienne

préface de Marc Quaghebeur ; textes de Fernand Malengreau, Guy Malengreau, Albert Mpase Nselenge Mpeti, Isidore Ndaywel è Nziem, Jean-Luc Vellut ; rassemblés par Isidore Ndaywel è Nziem ; avec la collaboration d'Yves De Bruyn, Amélie Schmitz
Occasion majeure d’inventer l’avenir, le Cinquantenaire des indépendances africaines doit également permettre une meilleure connaissance de ce qui y a conduit comme de ce qui en a découlé. Avec ces deux nouveaux volumes, Congo-Meuse accueille des matériaux importants pour la compréhension de la constitution de la première université à avoir vu le jour, non seulement au Congo mais aussi en Afrique francophone subsaharienne – on a trop tendance à l’oublier.
Complexe, cette histoire prend cours dès les années 1920 à travers des prémices médicales et agricoles dans le Bas-Congo, avant de se profiler comme aventure universitaire complète au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Elle se déploie sur le mont Amba, à Léopoldville/Kinshasa, où une vie intellectuelle de haut niveau va de pair avec un mouvement étudiant dynamique et contestataire. Histoire d’une invention progressive et constante donc, tout à l’opposé d’une décision régalienne. Histoire profondément humaine, marquée par les contradictions du système colonial comme par des tensions au sein de la famille catholique. Histoire vivace à laquelle mit fin, et de façon musclée, le jeune régime mobutiste.
Pour la restituer, une mosaïque de textes suit les méandres de cette belle aventure. Acteurs, témoins ou victimes en racontent diverses phases. Un livre à l’image de la vie et de l’Histoire avant que celle-ci ne devienne stèle ou destin.
Un livre-archipel qui comporte, outre les pionniers et fondateurs, la liste des étudiants promus par cette université ainsi que, dans le second tome, l’histoire d’une autre institution d’enseignement supérieur congolaise, l’Institut supérieur pédagogique de Lubumbashi.
Acheter

Congo-Meuse n°9 : Aspects de la culture à l'époque coloniale en Afrique centrale : Le corps - L'image - L'espace

Ce volume aborde trois thèmes qui relèvent tous de l’art de vivre en société : le corps à travers les sports ou la rumba ; l’image à travers la peinture, la publicité et les films en Super 8 ; l’espace à travers l’architecture.
Si le témoignage d’André Huet attire utilement notre regard vers les archives filmées des colons, archives qu’il parvint à faire renaître dans son émission Inédits de la Radio télévision belge francophone, les entretiens avec André Gascht ou Ngandu Muela Kabengibabu paraissent ouvrir, dans le domaine des arts plastiques, des horizons et des sources d’informations encore peu exploitées à ce jour.
Elles entrent en résonance avec des travaux qui traitent de l’architecture coloniale et d’un peintre majeur, Auguste Mambour (1896-1968) ; ou des années 1920- 1950, moment-clé en termes d’effervescence artistique.
Élément plus populaire, mais non moins important, la publicité assume dès le départ un rôle non négligeable dans les projets d’emprise coloniale et mérite de ce fait d’être évoquée. Quant aux sports et à la rumba, ils dessinent un espace mêlant de façon originale modernisme et tradition. Ce sont là de véritables phénomènes de réaction, de réappropriation et d’invention auxquels est confronté le lecteur. S’y arrêter, c’est peutêtre dépasser certains clichés.
Acheter

Congo-Meuse n°8 : Aspects de la culture à l'époque coloniale en Afrique centrale : Presse - Archives

La culture coloniale, c’est aussi un univers de presse. Après un aperçu des fondements juridiques et des modalités de fonctionnement du système médiatique, le volume s’attache à quelques aventures significatives des années 1950. Les quotidiens La Presse Africaine et L’Avenir sont ainsi évoqués ou analysés. En contrepoint, l’aventure rwandaise de Hobe et celle, congolaise, de Nkuruse, deux revues catholiques pour la jeunesse, permettent de progresser dans l’étude du processus éducatif. L’évocation détaillée de l’aventure de Congo dessine un autre extrême et laisse voir ce que fut la presse qui mena à l’Indépendance, processus qui fut brusquement arrêté dans son élan par le colonisateur en perte de vitesse.
Par ailleurs, s’attacher aux aperçus que donnent trois grands journaux francophones belges de sensibilités différentes, La Libre Belgique, Le Peuple et Le Soir, paraît essentiel pour cerner l’image des Congolais et du Congo en cette année-charnière qu’est 1958 – année de l’Exposition universelle à Bruxelles et de vrais bouleversements. Cette analyse se complète par la résurrection d’un document d’époque des plus singuliers : les trois articles que le jeune Roger Lallemand, futur président du Sénat, publia dans le journal du Parti Socialiste, Le Peuple, au retour d’un long voyage au Congo en 1956. Des pages qui laissent entendre un autre son de cloche que celui du discours dominant, même si le jeune homme engagé de l’Université libre de Bruxelles – qui devait plus tard défendre Régis Debray – n’envisageait pas l’Indépendance.
Acheter

Congo-Meuse n°6 : Aspects de la culture à l'époque coloniale en Afrique centrale : Formation - Réinvention

Dans ce volume, les différents articles traitent de la formation des élites et de la réinvention ultérieure qu’elles réalisent de leur passé. À travers le cas de Stefano Kaoze, le premier prêtre noir, c’est tout le système éducatif mis en place par les Belges qui est abordé, sans parler de son ordination et de la tournée qu’il fit en Belgique dans le sillage de Mgr de Hemptinne. D’autres textes également riches en anecdotes savoureuses visitent un passé colonial plus récent puisqu’ils retracent l’enfance de témoins-clés tels que Valentin Yves Mudimbe, Pius Ngandu Nkashama ou Nyunda ya Rubango. Les effets de la colonisation sur les institutions universitaires et ceux qui les composaient trouvent également leur place dans ce volume. Dans ce contexte, évoquer le «maître d’oeuvre » de Lovanium, Mgr Luc Gillon, donne une image de ce que fut son dessein à la source. Elle évoque le devenir de cette institution universitaire jusqu’à sa mise à mal sous la Deuxième République. La question du patrimoine culturel, question qui est toujours d’une actualité frappante, est analysée et illustrée de textes de lois. Quant au patrimoine naturel, la figure du biologiste Hans Brédo – et le combat qu’il livra à la huitième plaie d’Égypte, les criquets – apparaît symptomatique de la ferveur avec laquelle certains Belges se sont investis dans la colonie.
publications plus anciennes