Si cette page ne s'affiche pas correctement, appuyer sur F5 (Refresh).

1 fiche trouvée pour ML 02982/0011

[Lettre à] Franz Hellens
Christian DOTREMONT
correspondance
ML 02982/0011
6 p. (5 f.) ; 21 cm
Français (version originale)
Lettre aut. s.
Dotremont commence sa lettre en remerciant Hellens pour ce qu’il a écrit sur son livre « La Pierre et l’Oreiller », et pour ce qu’il a écrit sur lui[Dotremont] dans « Documents secrets ». Dotremont souhaite d’ailleurs écrire un texte sur l’œuvre d’Hellens. Il lui raconte alors qu’il a été en Laponie – « quelle aventure merveilleuse ! » et qu’il est possible qu’il y retourne. Il se sent seul à Bruxelles qui « a perdu ses arbres et son cœur », Hellens et Alechinsky étant parti tandis que ses « amis Colinet, Havrenne, Permantier, sont morts. » Vient alors la requête que Dotremont adresse à Hellens. Il y a deux revues au Danemark pour lesquelles Dotremont aimerait que Hellens lui donne quelque chose : « Vindrosen » (« La rose des vents ») et « Hveder Korn » (« Le grain de froment »). Pour la première, il aimerait publier un passage d’un des textes d’Hellens. Il lui demande alors lequel il souhaiterait voir traduit en danois. Pour la seconde revue, dirigée par Uffe Harder, Dotremont met en place un numéro belge consacré à douze poètes « qui tous ont rencontré, plus ou moins longtemps, le surréalisme, et qui sont, pour la plupart, de ma génération. » On retrouve Paul Colinet, Achille Chavée, Louis Scutenaire, Armand Permantier, Marcel Havrenne, Marcel Lecomte, Paul Bourgoignie, Marcel Broodthaers, Marcel et Gabriel Piqueray, Théodore Koenig, Joseph Noiret et Dotremont lui-même. Il demande donc à Hellens s’il accepte de présenter ce « numéro belge » et il lui conseille de parler « de la Belgique et de la poésie ». Il souligne aussi qu’il « ne faudrait pas présenter notre « surréalisme » comme collectif » car « nous sommes peu groupés, et l’étiquette surréaliste, seuls quelques-uns l’accepteraient encore »