Si cette page ne s'affiche pas correctement, appuyer sur F5 (Refresh).

1 fiche trouvée pour ML 05044/0050

[Lettre à] Paul [Bourgoignie]
correspondance
ML 05044/0050
10 p. (5 f.) ; 27 cm
Français (version originale)
Lettre aut. s.
Dans cette lettre, Dotremont aborde sa conception des objets et les relations qu’il entretient avec ces derniers. Il parle donc à Bourgoignie de l’importance des objets dans sa vie et les met en rapport avec les voyages : « Voyager, c’est mettre des objets en situation ». Il évoque aussi l'exposition Cobra de 1949, « L'Objet à travers les Ages », au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Dotremont s’attarde également sur la notion de solitude : « Je me suis fait de la solitude un moyen, une méthode, j’allais dire une raison ». Il mentionne aussi le livre de Joseph Noiret « Histoires naturelles de la crevêche » : « Je l’ai aidé autant que je le pouvais pour son livre », ainsi que son deuxième recueil de logogrammes qui sera publié, il l’espère, prochainement. Il déclare également à Bourgoignie qu'il a appris la mort de Raymonde Aynard, ce qui l'a "peiné". Dotremont évoque aussi les difficultés qu’il rencontre avec Koenig et la revue « Phantomas ». Il ajoute que, ces derniers temps, il est en désaccord avec tout le monde, ce qui renforce son goût pour la solitude. De plus, Dotremont trouve qu’il n’a plus sa place dans des groupes car l’arrivisme y est trop présent. L’expérience de Cobra, notamment avec Alechinsky, lui a d’ailleurs démontré la même chose. "J'avais pensé qu'il s'agissait d'expérimenter, de créer, c'était mon but, mais pour plusieurs autres, dans Cobra, le but, c'était le fric, la gloire, les minables "satisfactions" de la vanité". Pour finir, il raconte à Bourgoignie comment se passe son séjour en Finlande.