Si cette page ne s'affiche pas correctement, appuyer sur F5 (Refresh).

1 fiche trouvée pour ML 06194/0001

[Lettre à] Jacques Calonne
correspondance
ML 06194/0001
5 p. (4 f.) ; 27 cm + enveloppe
Français (version originale)
Lettre aut. s.
Dotremont parle à Calonne de la Biennale de Venise et du groupe « Mass Moving » qui prépare un évènement sur la place St-Marc. Il lui annonce aussi que « tous les logogrammes que j’avais proposé sont exposés » et l’exposition est un grand succès (ainsi que celle de Pierre, des catalogues et de leurs films). D’ailleurs, la « télévision, ici, a passé les deux films [sur Alechinsky et sur Dotremont], longuement présentés par Luc de Heusch, qui a fait quelques erreurs mais a parlé fort élogieusement de moi (mon film passait en premier) et de Pierre. » « Le journaliste de la R.T.B. qui interviewait Luc de Heusch lui a demandé qui était Gloria… ». Dotremont donne alors son opinion sur ces deux films. Pour le sien, il « manque de références à Cobra » mais est naturel. Dotremont aborde ensuite sa maladie et raconte à Calonne la journée qu’il a passé à l’hôpital et les examens qu’il a subi. On note qu’il y a « un progrès respiratoire ». Il dit alors à Calonne : « Tout ça m’a fatigué, me fatigue, mais j’espère pouvoir voyager avant longtemps. » Plusieurs expositions sont en cours ou prévues : à Marseille (« Art belge contemporain », « Le Nord au Sud »), à la Haye, à Bâle (3’72’’) et Munich. Il raconte ensuite une anecdote sur la vente d’un « « pastel gras » d’Appel et moi ». Puis, Dotremont donne les dernières nouvelles concernant Carlita et rappelle à Calonne le petit livre sur lui. Il mentionne également son travail avec Mogens Balle à Copenhague dans un « atelier de lithographie ». Pour finir, on lui a fait parvenir des « catalogues de marchands d’autographes ». Il parle alors de l’écriture de Juliette Drouet qui est « magnifique, elle liait souvent plusieurs mots, formant ensemble. » Il lui annonce qu’il a également acheté une lettre de Baudelaire pour l’offrir à Bonnefoy. Il finit en disant qu’il aimerait beaucoup avoir "une page manuscrite (amicale ou non) de lui [Stockhausen], et de Bussotti."